Archives
Année courante

Martin Heller

Prix

Catégorie

Merit

Primé/e(s)

Martin Heller


Resources

Essai

Les choses ne sont pas chose facile

L'art ne se suffit à lui-même. Le design est plus qu'une apparence. Et rien ne va de soi. Des ombres jetées par le siècle passé, l'érosion des évidences dans son sillage. Depuis, le point de vue ambiant d'un observateur ou d'une spectatrice entre en scène, en exposant le regard aux manoeuvres avisées de la perception. Regard double. Tout se réfère à quelque chose. Reste à savoir par où commencer. Martin Heller est initiation et initiative. Appuyé par des raisons que la raison ne connaît pas toujours, mais par un raisonnement fondé et par des propositions judicieuses. Les musées sont des chantiers où les idées font leur récréation, les expositions y célèbrent des rites de passage à la chose. Par le regard. Par exemple. Les sujets actuels, l'image de l'histoire, l'histoire de l'image, la Suisse.

Les choses, pourtant, demeurent muettes, si elles ne sont pas soutenues par un discours, si la perception justement n'est pas lisible et visible. Heller va au coeur des choses. Par la filière du dialogue. Par amitié. Il fait appel à la parole pour voir, juste pour voir, voir plus juste. Miroir placé au pluriel des voix, afin de mieux entrer en matière. C'est par cette errance orientée que les perspectives et les dimensions des idées annoncent couleur. Et les choses ont lieu. Ensemble avec Martin Heller. La précision, mieux: le secret de Martin Heller? Une élasticité vibrante entre proximité et distance, entre affinités et étrangetés. A l'instant même de la perception. Donnant, donnant - échange habile entre dire et montrer. Martin Heller maîtrise un style. La mise en œuvre de la chose avec tous les moyens rhétoriques appropriés à la conception et à l'application. Il situe l'ancrage des mentalités, pour naviguer avec conviction entre les contradictions. Des relations surprenantes se font jour, des images fortes s'imprègnent, le sens persiste et signe - en frappant souvent les oeillères des idées convenues. Martin Heller est animation. Il fait de la perception un jeu, auquel nous pouvons participer. Sérieusement. L'art et le design s'avèrent chose palpable. Façonnés par une forme, entretenus par un vocabulaire que cette Suisse, qui cultive clivages et clichés, n'avait guère coutume d'entendre. Et de voir. Ainsi une des plus belles régions de Suisse, repliée surtout sur ses certitudes morales, vit se déferler – au rythme d'un été – nuages et autres tentations d'un enjeu purement esthétique. Et le vent tourne. Chose dite. Chose faite. Martin Heller y arrive. Avec effet immédiat. Le Design Preis Schweiz discerne des traces, ses traces. Le Design Preis Schweiz est donc incité à les suivre. Formellement: au-delà des frontières. 
André Vladimir Heiz